Crue de décembre 2008

De Appe
Révision de 22 janvier 2009 à 21:45 par Guy-Marie (discuter | contributions) (Analyse de la crue)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Crue du 18 décembre 2008 (débit 50 à 60 m3/s)

Analyse de la crue

Dans cette analyse on essaie d'estimer la quantité d'eau qui est passé directement dans l'Eze. C'est un exercice difficile si on cherche une grande précision, car nous avons peu de mesure. Si on ne cherche qu'un ordre de grandeur, le résultat est intéressant.

Voici les données que nous avons relevées à Pertuis.

début de l'épisode pluvieux : 9 h

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . à 12 h50  : 22,5 mm

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . à 18 h 20  : 65,5 mm

fin de l'épisode . . . . . . . . . à 20 h 50  : 80,5 mm

Il est donc tombé à Pertuis 80,5 mm en 11 h soit environ 7 mm/h, et ce de façon assez régulière.

Le bassin versant de l'Eze est de 150 km2. La quantité d'eau tombée sur le bassin versant (si on considère que la quantité d'eau tombée à Pertuis est représentative de celle du bassin versant) est donc de 12 080 000 m3.

Une partie de cette eau s'infiltre dans le sol pour alimenter les nappes, l'autre partie coule sur le terrain pour remplir les ruisseaux et alimenter l'Eze. Bien évidemment, il faut un certain temps pour que l'eau qui ne s'infiltre pas, arrive à Pertuis. Une estimation du débit de l'Eze est donné ci-dessous:

14 décembre à 16 h  : 20 m3/s

14 décembre à 19 h  : 50 m3/s

14 décembre à 22 h  : 60 m3/s

15 décembre à 7 h  : 20 m3/s

La quantité d'eau passée dans l'Eze à Pertuis est donc de 1 370 000 m3 soit environ 11 à 12 % de ce qui est tombée sur le bassin versant.

Au plus fort de la crue (60 m3/s), et si on raisonne en instantanée, il passait environ 20 % de la quantité d'eau tombante.

En effet, pour une pluie de 7 mm/h sur tout le bassin versant et si tout va dans l'Eze, le débit de l'Eze à Pertuis est de ~ 290 m3/s. 60/290 = 20 %.

Conclusion:

Ce calcul succinct, montre que le sol absorbe bien l'eau de pluie, même quand celui-ci était déjà bien mouillé (si 20% passent dans l'Eze, il y en a 80 % qui vont dans les nappes).

Bien que faible, ce pourcentage en instantané allant directement à la rivière est significatif. Cette valeur a été obtenue, car il a plu longtemps (environ 10 à 11 h) mais avec une faible intensité (7 mm/h). Un épisode plus court (quelques heures) avec des pluies intenses (supérieure à 30 mm/h) peut conduire à des débits de la rivière beaucoup plus importants. En effet, au début d'un épisode pluvieux significatif, le sol absorbe bien la pluie, commence à se saturer et le trop va à la rivière. Plus l'épisode pluvieux est intense, plus le sol se sature vite.

Photo de la crue

Les photo ont été prises le soir vers 18 h.

La lumière provient de l'éclairage publique ou des phares de voiture, ce qui explique pour certaines photo la qualité de l'image.

le gué de la Dévallade
le gué de la Dévallade début des embâcles
le gué de la Dévallade avant l'arrivée d'embâcles
le gué de la Dévallade avec embâcles
pont de la scierie Guinde
le gué de la Dévallade avec embâcles
le pont du Tourel (entre Pertuis et La Tour d'Aigues
Gué de la dévallade avec beaucoup d'embâcles
le gué de la Dévallade avec beaucoup d'embâcles
le matin, les embâcles au gué de la Dévallade
L'érosion des berges
L'érosion des berges en aval du pont route de La Tour d'Aigues


En examinant les graphities sur le mur, on peut voir que l'eau est montée à 1,25 m sur l'échelle de crue

l'eau est montée à 1,25 m
l'eau est montée à 1,25 m